La loi de gestion fondamentale

 

 

Equilibrer ses dépenses avec des recettes d’un montant au moins équivalent

La Loi Fondamentale de Gestion, au-dessus de toutes les autres est la suivante:

Pour survivre, toutes entités économiques doit équilibrer ses dépenses avec des recettes d’un montant au moins équivalent.

Cette loi s’applique aux nations, aux collectivités, aux entreprises et aux ménages. Elle indique que la gestion est la recherche d’un équilibre entre deux flux opposés : les rentrées et les sorties d’argent.

Il s’agit là d’un schéma de fonctionnement naturel que l’on retrouve partout dans la nature : la recherche constante d’un équilibre entre toutes les forces ou les composantes d’un système, qu’il soit physique ou vivant.

Le rappel de cette loi dans le domaine de l’économie pourra surprendre les lecteurs avertis.

Il n’est cependant pas inutile de la rappeler. Elle semble en effet complètement échapper à des gens très instruits que sont nos dirigeants politiques.

Les accords fondateurs de notre Europe économique actuelle, les accords de Maastricht signés en 1991, violaient en effet cette Loi Fondamentale de Gestion. Ils prévoyaient que les Etats membres avaient le droit de s’endetter jusqu’à 3,5% de leur budget national. C’était là une façon de légaliser l’incapacité récurrente de nos hommes politiques à avoir un budget national en équilibre[1].

Malheureusement cette « légalisation » du déficit chronique des nations a eu pour effet de déresponsabiliser ainsi nos dirigeants vis à vis d’une rigueur de gestion élémentaire.

Vingt ans plus tard, les déficits abyssaux de la plus part des pays européens accompagnés des millions de chômeurs que cela a engendré sont les tristes produits de systèmes économiques parfaitement déséquilibrés.

A l’époque des accords de Maastricht, j’avais écrit un pamphlet à leur sujet. Il dénonçait le fait  que ces accords ne pouvaient nous mener qu’à la situation actuelle : un partage de plus en plus grand de la pauvreté avec une concentration de la richesse sur un nombre de plus en plus petit de personnes. Ce n’était pas difficile à prévoir.

Quand on s’endette jusqu’à plusieurs fois le montant de son budget annuel, on donne une force terrible à celui qui prête. A savoir les banquiers. Aujourd’hui ce sont eux qui gouvernent les peuples en jouant avec l’endettement des états qu’ils n’ont de cesse de faire grandir pour alimenter leurs profits personnels.

Les actifs de certaines banques dépassent de plusieurs fois les budgets nationaux de bien des pays européens[2].

Que l’on dirige un pays, une entreprises, ou un ménage on paye toujours très cher le fait de   se soustraire aux lois fondamentale et naturelle de l’économie et de la gestion.  Il n’était donc pas inutile de rappeler cette Loi Fondamentale de Gestion qui est au-dessus de toutes les autres en matière de gestion . 

Cette  illustration introduit  les définitions ci-après :


[1] Le dernier budget en équilibre en France remonte à l’année 1976.  C’est très loin, mais au moins cela rappelle qu’un budget en équilibre pour la Nation n’est pas infaisable !

[2] En 2012, l’actif de la banque américaine Goldman Sachs a attient les 800 milliards de dollars. C’est à dire environ deux fois le budget national de la France dont les paiement des intérêts de sa dette et sa plus grosse dépense (43 milliards d’Euros)

%d blogueurs aiment cette page :