RENTABILITÉ ET HUMANISME

rentabilite -humanisme-eric-conseiller

Deux visions opposées

Parce que les salaires du personnel constituent un coût pour l’entreprise, on peut penser que la rentabilité s’oppose à de hauts revenus pour les salariés. Dans de nombreux cas, c’est ce qui se passe. Les employeurs souhaitent des employés compétents et volontaires mais avec des salaires les plus justes possibles. Et de l’autre côté, les salariés recherchent des salaires et des avantages les meilleurs possibles tout en essayant de travailler juste ce qu’il faut pour recevoir leur salaire. Et pourtant, rémunération motivante et rentabilité sont en vérité les deux pôles d’un moteur très puissant.

Comment ce moteur est-il tombé en panne ?

La réponse à cette question réside dans une caractéristique fondamentale de l’être humain : son attitude, son goût, sa passion à jouer. En tant que chef d’entreprise vous en savez quelque chose !
Votre entreprise n’est-elle pas l’instrument du jeu qu’un jour vous avez décidé de jouer ?  Le jeu qui consiste à créer et à vendre de très bons produits, de très bons services en respectant les règles spécifiques du métier qui est le vôtre. Mais aussi en respectant la règle économique fondamentale qui s’appliquent à toutes les entreprises :
Créer des richesses dans des quantités supérieures aux dépenses nécessaires à les engendrer.

Rentabilite-humanisme-combat-eric-conseiller

Le bénéfice, s’il apporte une satisfaction matérielle évidente, en apporte une également pour l’esprit. C’est la joie, la fierté de ne pas avoir trébuché mais bien au contraire d’avoir emporté la victoire. Échec ou Victoire ne sont que des considérations de l’esprit. C’est pour cela qu’elles ont tant de pouvoir sur notre état d’esprit, notre « moral ». L’échec est intériorisant, la victoire est exaltante !

Croyez-vous que, seuls, les chefs d’entreprise aiment jouer ?

Bien sûr que non ! Pour s’en convaincre il suffit de regarder les chaines de télévision aux heures de grande écoute. Le dimanche, c’est le sport c’est à dire des jeux physiques et, en semaines, aux heures de grandes écoute, la plupart des chaines proposent des jeux intellectuels, artistiques ou et de toute autre nature, parfois pas très saine, mais, sain ou pas,  il est toujours question de gagner .. ou de perdre. C’est ce qui caractérise fondamentalement un jeu.

Tout comme c’est le cas pour le jeu joué pour les entreprises, quand ces jeux sont gagnés, ils font l’objet d’une forte rémunération financière. Le foot, la formule 1, le tennis sont les jeux qui génèrent des prix aux montants fabuleux. Pourquoi ? Ce sont des jeux qui durent longtemps ! C’est ce qui rend leur victoire bien plus belle, bien plus exaltante que les jeux de courte durée. Plus le jeu est long et intense plus la victoire est belle et donc rémunératrice. Cela va de pair.

Rentabilite-humanisme-eric-conseiller

Les riches oisifs qui ont tout ou les retraités désœuvrés n’ont plus de jeu. Mais comme l’impulsion à jouer chez l’être humain est ineffaçable, elle va les conduire à créer des jeux  souvent très stupides et très destructeurs.

En effet, leur finalité consiste généralement à discréditer, à enfoncer l’autre, voire à le faire disparaître. C’est là une des caractéristiques des gens privés d’un jeu sain et naturel.

Les administrations n’ont pas de jeu économique. C’est pour cette raison qu’il arrive que des chefs de services jouent au jeu qui consiste à réduire à rien ses collaborateurs pour se conduire en véritable despote entouré de larbins totalement soumis à ses ordres. Ce jeu se répand malheureusement dans beaucoup d’administrations à tel point qu’il porte même un nom. C’est le jeu de « La peur administrative ».

Les entreprises ont toutes en commun un jeu beaucoup plus sain : Le JEU ÉCONOMIQUE. Il est basé  sur l’échange de biens et de services utiles et profitables. Comme on l’a vu, la finalité économique de ce jeu consiste à créer beaucoup plus de richesses que les dépenses nécessaires à les engendrer. Et ceci à travers le respect des règles du métier et de fonctionnement de l’entreprise dans un contexte de marché concurrentiel qui constitue le terrain de jeu.

Qui fait ce travail ? Qui joue ce jeu ? Est-ce seulement le chef d’entreprise ?

Non ! Bien évidemment. Ce sont tous les hommes et femmes qui font tourner l’entreprise. Ils ne font pas tourner le moteur de l’entreprise. Ils sont le moteur de l’entreprise. C’est un moteur humain. C’est en cela que c’est un moteur à cylindrée variable. Hautement variable ! En tant que chef d’entreprise vous le savez, vous l’avez observé. Il y a de très bons salariés et il y en a d’épouvantables.

  • Alors qu’est ce qui fait varier cette cylindrée ?
  • Qu’est ce qui fait qu’un salarié va être plus performant qu’un autre ?
  • Est-ce son aptitude à mieux obéir ?
  • À mieux se plier à vos désirs ?

Non ! À compétences égales, ce qui rend un salarié plus performant qu’un autre est son aptitude, son envie, son enthousiasme à jouer le jeu !

Rentabilite-humanisme-jouer-eric-conseiller

Plus il y aura d’individus dans l’entreprise qui joueront le jeu de l’entreprise, plus l’état d’esprit de l’entreprise tout entière sera tourné vers le respect des règles commerciales, techniques, administratives et économiques du ou des métiers de l’entreprise.

Et, alors, la performance économique sera au rendez-vous.

Alors que faut-il mettre en place pour que tous les individus d’une entreprise jouent tous le même jeu  ?

C’est l’humanisme ! C’est à dire accorder aux employés qu’ils ne sont pas strictement assimilables à un moteur thermique à qui on demande un rendement fixe et rien d’autre. C’est ce qu’on demande à un moteur.

On peut demander plus à un être humain en lui accordant le fait qu’il est un esprit. Car l’une des caractéristique de l’esprit est l’esprit de jeu.  Les rugbyman en fin de partie dégoulinent de sueur, ils sont sales, blessés épuisés, leurs corps n’en peuvent plus. Mais qu’est ce qu’ils sont heureux d’avoir gagner ou déçus d’avoir perdus. Cela n’a rien à voir avec la dimension matérielle de leur corps mais bien avec cette dimension immatérielle qui existe en tout homme : l’esprit !

En accordant à l’Homme cette dimension particulière qui le différencie d’un simple moteur thermique , on lui accorde toutes ses composantes. C’est cela l’humanisme.

L’impulsion à jouer des salariés est peut-être moins forte que celle des dirigeants d’entreprise, certes, mais il est nécessaire de la leur accorder.

Pour une raison très simple.

Si le salarié n’a que la possibilité de jouer au jeu technique et administratif de la société sans lui permettre de jouer aussi au jeu de la performance économique, le salarié va jouer à un tout autre jeu économique en opposition directe à celui de l’entreprise. Il va jouer à tenter de gagner un maximum d’argent tout en travaillant au minimum.  

C’est l’optimisation de l’effort.  Surtout, n’allez pas le lui reprocher car c’est aussi là l’objectif de tous les chefs d’entreprise ! Il est donc impératif, d’aligner toutes les volontés, toutes les intentions, tout le dynamisme des êtres humains d’une même entreprise sur le même but : Créer des richesses par l’exercice réussi du ou des métiers de l’entreprise et les associer, d’une façon ou d’une autre, au jeu économique de l’entreprise.

Il est tout à fait certain que des gens très mal intentionnés ont tenté, et tentent toujours, d’empêcher les salariés de mettre leur esprit de jeu au service de l’entreprise pour ne le mettre que sur la défense de leur salaire et leurs avantages sociaux ou catégoriels.  Ces fabricants de zizanie ont fait en sorte que les salariés des entreprises qui perdent soient arrosés d’argent en restant chez eux ; tandis que ceux qui travaillent dans les entreprises performantes soient de plus en plus taxés.

Nous avons là une remarquable perversion de l’esprit de jeu.

Mais, remarquez ceci : on reste parfaitement dans l‘esprit de jeu. Un jeu malsain, certes, mais un jeu tout de même. Le terrain du jeu n’est plus le marché, mais est les entreprises elle- mêmes, et les concurrents ne sont plus les adversaires, ce sont les salariés et leurs dirigeants qui sont devenus les adversaires.

C’est là un vaste sujet sur lequel les chefs d’entreprise ont beaucoup à dire, mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Rentabilite-humanisme-chef-entreprise-eric-conseiller

POUR NOUS CONTACTER, cliquez ici

Par contre, il est indéniable que c’est la responsabilité des chefs d’entreprise de rétablir l’esprit de jeu dans leurs entreprises. Pourquoi ?

Tout simplement parce que le mise en place de l’esprit de jeu est hautement profitable pour les entreprises comme pour les salariés.

Prenons un exemple chiffré théorique.

Mettons qu’un salarié payé 100 et traité essentiellement comme un moteur thermique produise un travail qui génère 500. Si maintenant son dirigeant l’intéresse au résultat sous une forme ou sous une autre, Il se peut qu’alors son volontarisme et son enthousiasme lui feront produire 700. Si pour cette augmentation de la valeur généré il est redistribué 30 au salarié, quel est le bilan ? Dans le premier cas le coût du travail représentait 20% et dans le deuxième cas 130 / 7 = 18,57%.

Résultat :  le coût du travail a baissé et le salarié gagne plus. Et sans forcément travailler plus.

  • Il est plus attentionné, travaille dont plus rapidement et fait moins de bourdes.
  • Il est fier de représenter l’entreprise auprès de clients et donc aimable et avenant à leur égard ce qui fait grossir la clientèle.
  • Bref, il joue le jeu tant technique qu’économique de l’entreprise.

Tout le monde est gagnant !

Ne croyez pas que cela soit une vision irréaliste de l’entreprise.

Certaines grandes entreprises comme Eiffage ou le Groupe Volkswagen ont parfaitement réussi à mettre ce type de jeu gagnant-gagnant en place avec des résultats remarquables.  Il est aussi possible de mettre en place l’esprit de jeu dans les Très Petites, Petites et Moyennes entreprises comme vous le verrez en cliquant sur ce lien.
Vous y verrez une attestation faisant état d’une augmentation de la rémunération (pas des salaires !) des employés de + 53% avec une augmentation du bénéfice de l’entreprise, sur la même période, de +599%

Comment faire pour mettre cela en place ?

La toute première des choses à mettre en place, en plus d’être un très bon professionnel dans son métier, est d’être très bon en gestion.  C’est indispensable pour déterminer des objectifs réalistes et profitables. En effet, la première chose quand on joue est d’avoir un but connu, car, comme l’a écrit Sénèque « Il n’existe pas de vent favorable pour celui qui ne sait où est le port ».

La meilleure façon pour cela est de viser en début d’exercice un bénéfice réaliste et suffisamment élevé pour qu’il puisse faire l’objet d’une distribution partielle pour récompenser les membres de l’équipe qui ont gagné le partie !

Quoi de plus naturel ! On nourrit ainsi positivement l’esprit des joueurs.

Ensuite, exactement comme le fait un score, il faut pouvoir mesurer en permanence si on est en train de s’éloigner ou de se rapprocher du but. Il faut pour cela savoir calculer le Résultat de l’entreprise en temps réel et non pas en fin de jeu et souvent avec deux ou trois mois de retard.

Enfin il faut pouvoir calculer pour chaque production (Chantiers, Affaires, Prestations, Articles, Sous-traitance) la perte ou le bénéfice qu’elle a engendré pour savoir si elle est dans les clous de l’objectif du bénéfice visé en début d’année.

Rentabilite-humanisme-indicateur-eric-conseiller

POUR NOUS CONTACTER, cliquez ici

Ensuite il faut une organisation, une administration d’entreprise efficace pour que le ou les métiers de l’entreprise puissent se dérouler facilement, rapidement et avec un niveau de qualité élevé pour satisfaire les clients le mieux possible. Il ne faut en effet pas oublier les adversaires du jeu, les concurrents !  Il faut faire au moins aussi bien qu’eux ! Pour cela un contrôle de la qualité est indispensable. De plus la rentabilité étant l’expression chiffrée de la qualité, on met ainsi sous contrôle le jeu économique.

Pour finir il faut mettre en place des relevés réalisés par le personnel pour mesurer en permanence les performances commerciales et techniques.

Ce sera accompagné d’une très bonne communication avec le personnel pour corriger très vite les contre-performances et renforcer ce qui a provoqué les performances remarquables.

Ce sont là quelques dispositions que les outils, formations et accompagnements de Cap Néo Entreprises permettent de mettre en place rapidement et facilement.

C’est avec plaisir que nous écouterons vos préoccupations pour améliorer tout ou partie de votre entreprise en mettant en place ou en renforçant l’esprit de jeu dans votre entreprise. Cela vous permettra de remporter en fin d’exercice de belle grande victoire qui seront d’autant plus exaltante qu’elles seront partagées.

Pour cela appelez le 09 83 07 33 10 ou cliquez sur ce bouton pour nous adresser votre message. Nous vous documenterons sans que cela ne vous engage en quoi que ce soit.


POUR NOUS CONTACTER, cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :